Histoire de Web&Toile

Avant de me faire confiance et de faire appel à mes services, vous avez peut-être envie de me connaître davantage. Voici mon parcours professionnel.

14 ans de banque

Durant près de 14 ans, j’ai eu la chance de travailler dans un grand groupe bancaire en tant que spécialiste des paiements, de l’Electronic banking et du cash management. Technico commercial puis product manager, je conseillais mes clients sur la meilleure structure à mettre en place sur base d’une analyse fine de leurs clients, fournisseurs, caractéristiques et produits. J’ai pu implémenter des solutions simples et complexes chez tous les types de clients : D’abord les PME, les indépendants et les grandes entreprises puis le non marchand et le secteur public.

Outre les aspects techniques du métier, cette expérience m’a appris à écouter, comprendre et analyser les besoins des clients afin de répondre au mieux à leurs attentes. J’y ai compris également l’importance des relations de confiance entre les personnes dans le milieu professionnel.


Mon intérêt pour les Technologies de l’Information et des Communications

J’ai toujours été passionné par Internet. Outre ses avantages et les nouvelles habitudes induites par le net, il permet une créativité débordante et demande au webmaster de se tenir sans cesse au courant des nouvelles évolutions technologiques. C’est pourquoi, en prévision de mon changement de parcours professionnel, j’ai suivi une formation de 2 ans comme Webmaster-Designer à l’IFOSUP d’où je suis sorti diplômé en 2011.


Changement d’orientation professionnelle

A 40 ans, j’ai décidé de changer d’orientation professionnelle. Le secteur public et le non marchand m’ont toujours attiré parce qu’on y travaille pour répondre à des besoins sociaux. L’envie de me lancer comme indépendant n’était pas neuve non plus.

En 2011, j’ai eu la chance d’être engagé à l’ISBW (Intercommunale Sociale du Brabant wallon) où j’ai travaillé pendant 5 ans principalement dans des projets informatiques. Durant cette période, j’ai également repris des cours du soir en Sciences Administratives durant 3 ans à la Province du Brabant wallon.

2011 a été aussi l’année de création de Web&Toile où, en tant qu’indépendant complémentaire, je crée et gère des sites Internet.


2016-2017 : l’amorce d’un nouveau tournant

Engagé à mi-temps à la FILE (Fédération des Initiatives Locales pour l’Enfance) où je suis en charge de la communication, je consacre mon autre mi-temps à développer Web&Toile et à me spécialiser dans le Community management et l’accessibilité numérique. Cette dernière me passionne depuis la fin de mes cours et je prends enfin le temps de me former à Paris où cette expertise est enseignée de manière professionnelle depuis plusieurs années notamment chez BrailleNet.


2018 : Une nouvelle image pour Web&Toile

Après bientôt 7 ans d’existence, un petit rafraîchissement s’impose. Le secteur évolue, moi aussi. Aujourd’hui Web&Toile ne tisse plus des sites mais des réseaux. Pour l’occasion, Web&Toile s’offre un nouveau logo.

Un site n’est qu’une vitrine

Un site est une vitrine. Les gens passent devant. Si la déco est belle et si les produits y sont mis en valeur, ils entrent. Si l’expérience à l’intérieur du magasin lui convient, si l’accueil est professionnel, le candidat acheteur ne sortira sans doute pas les mains vides. Après, le travail du vendeur consistera à fidéliser ce nouveau client et à le transformer en ambassadeur. Mais attention à respecter les limites. Un ambassadeur harcelé ira rapidement papillonner ailleurs.

Sur le Web, comment faire passer les internautes devant le magasin et les faire entrer? Grâce au référencement, à l’ergonomie, au design et aux réseaux sociaux.
Lorsque j’ai lancé Webetoile, il était commun de dire qu’on n’existait pas sans site internet. Aujourd’hui, on n’existe pas sans présence en ligne. Et cette présence nécessité du travail quotidien et des compétences particulières pour répondre aux questions suivantes :

  • Quels canaux utiliser et à quel moment ?
  • Comment rédiger pour être lu ?
  • Faut il prévoir une photo où une vidéo?
  • Quel type d’information publier et à quelle fréquence?
  • Faut il une boutique en ligne?…

Chacun son métier

Chaque artisan, membre d’une association, indépendant, patron d’une PME,… exerce un métier dans lequel il met tout son art, sa passion son cœur et ses valeurs. Mon métier consiste à comprendre comment vous exercez le votre pour vous faire connaître en ligne. Vous détenez un savoir faire et mon job consiste à le faire savoir.

Un autre enjeu est la survie face à une concurrence « mondiale » qui fait fi de vos valeurs en privilégiant le profit immédiat à tout prix. Le client, de plus en plus pressé, s’engouffre malgré lui dans ce mode de consommation qui le pousse à l’achat au meilleur prix, sans attendre, depuis son fauteuil ou dans le bus, via son smartphone…

Pourtant, les impacts de cette consommation sont nombreux sur le plan social, environnemental, familial, et, j’ai envie de dire, mental. Mon souhait est le retour à une dimension humaine ou le travail est rémunéré normalement pour un nombre d’heures de prestations raisonnable et adapté à la vie de chacun. Ma vision n’est toutefois pas un repli sur soi ou un retour en arrière. De nouveaux modes de communication et de vente existent et ils sont à votre portée. Vous n’avez toutefois pas le temps, l’énergie ni l’envie de vous y investir et c’est bien normal, c’est un métier à part entière.


Un métier à tisser

J’aime présenter mon activité comme un métier à tisser. Je ne reviens pas sur la notion de métier déjà évoquée plus haut mais sur celle du tissage.

On parle de tissu humain, de tisser des relations, de tisser sa toile, de tissu associatif. On parle de maillage, de créer des liens, de fil de trame. On parle d’avoir la fibre, de tailleur,… Et même de la serge, ce tissage qui se caractérise par la présence de côtes obliques sur l’endroit et l’envers qui peut être à effet chaîne ou trame. La boucle est bouclée…


Un internet inclusif

Sur Internet, nous avons tous été confrontés à des soucis ou problèmes techniques qui rendent la consultation d’un site impossible, difficile ou fastidieuse. Citons quelques exemples concrets :

  • La souris est tombée en panne et vous oblige à naviguer au clavier;
  • Les zones de clic sont trop petites et le pavé tactile – non docile – de l’ordinateur portable rend la navigation imprécise ;
  • La publication en niveaux de gris de graphiques en couleurs ne permet pas de discerner les différences de tons ;
  • Un mode d’emploi est publié uniquement sous la forme d’une séquence vidéo non sous-titrée et votre ordinateur ne permet pas d’activer le son ;
  • Le menu du site ne se déroule qu’au passage de la souris mais vous surfez sur une tablette ;
  • Le site visité lance une musique impossible à stopper et vous empêche d’écouter votre mp3 diffusé par l’ordinateur ;
  • Le chargement des images a été désactivé sur le smartphone pour rendre la navigation plus rapide et plus économique mais les images porteuses d’une information importante pour la navigation ne présentent pas de contenu textuel alternatif ;
  • Le contraste mal étudié du site ne rend pas une consultation aisée sur un smartphone ;
  • Le texte ne peut pas être zoomé…

Si ces quelques exemples empoisonnent la vie des personnes chez qui tous les sens fonctionnent correctement, il est facile d’imaginer les difficultés vécues au quotidien par les personnes porteuses d’un ou de plusieurs handicaps qui surfent sur la toile où peu de sites belges leur sont totalement accessibles.

Les personnes porteuses de handicap(s) ne sont pas les seules à rencontrer ces difficultés. Pensons aux personnes âgées chez qui le risque d’être atteintes d’un handicap augmente proportionnellement avec l’âge mais également aux malades ou victimes d’accidents qui souffrent d’un handicap temporaire.

Pourtant, des outils permettent aux personnes aveugles, sourdes, malvoyantes, malentendantes, épileptiques, daltoniennes, dyslexiques, porteuses de troubles de la concentration, musculo-squelettiques ou de handicaps cognitifs, de surfer sur Internet en toute autonomie. Malheureusement, ces technologies sont inutilisables sur des sites non adaptés et donc non accessibles.

Le concept d’inclusion numérique consiste à se baser sur les besoins spécifiques d’utilisateurs d’Internet pour le rendre accessible à tous, peu importe les outils ou les circonstances utilisés pour surfer. L’idée est de ne plus tenter de répondre aux caractéristiques précises de chaque handicap mais de créer, concevoir, penser, développer, organiser… pour des gens, nous, qui sommes tous porteurs de besoins spécifiques qui peuvent évoluer avec le temps ou en fonction du lieu.

L’accessibilité numérique est plus qu’un métier, c’est ma passion. En tant que « client-partenaire » de Webetoile, vous faites progresser l’inclusion numérique et évoluer Internet vers plus de confort et d’avantages pour tous les utilisateurs du Web.

Envie d’en savoir plus sur l’inclusion numérique ? Rendez-vous sur mon site Inclunet

Au plaisir de travailler ensemble,

Serge Denis